logo Web


» ENGLISH
» RECHERCHE
» RÉPERTOIRE

 

Les activités du CRM
Toutes les activités scientifiques


Téléchargement en PDF

Brochure d'information sur le CRM [pdf]
Visionneur de document

Lauréat 2015 du Prix Andre-Aisenstadt

CRM > Prix > Prix André-Aisenstadt > Lauréat >Louis-Pierre Arguin de l'Université de Montréal et de City University of New York (Baruch College et Graduate Center)

Lauréat 2015 du prix de mathématiques André-Aisenstadt
Louis-Pierre Arguin de l'Université de Montréal et de City University of New York (Baruch College et Graduate Center)

[ English ]

Détails de la conférence du 15 janvier 2016

Le Comité scientifique international du Centre de recherches mathématiques (CRM) a le plaisir d'annoncer que Louis-Pierre Arguin de l'Université de Montréal et de City University of New York (Baruch College et Graduate Center) est le lauréat du prix André-Aisenstadt 2015.

Dr Arguin a obtenu sa maîtrise en physique à l'Université de Montréal en 2002 sous la direction d'Yvan Saint-Aubin et son doctorat en mathématiques à l'Université Princeton en 2007 sous Michael Aizenman. Les intérêts de recherche d'Arguin sont la théorie des probabilités et leurs applications à la physique mathématique et à d'autres domaines. Une série d'articles écrits avec Anton Bovier et Nicola Kistler sur les valeurs extrêmes du mouvement Brownien branchant constitue une de ses contributions remarquables. Ces travaux ont reçu une reconnaissance internationale importante et ont été étudié au Séminaire Bourbaki en mars 2013. L'impact des méthodes développées par Arguin et ses collaborateurs va au-delà de la théorie des probabilités. En effet Arguin, Belius et Harper ont pu les utiliser pour étudier la conjecture de Fyodorov, Hiary et Keating stipulant que les maxima de la fonction zeta de Riemann sur un intervalle borné de la droite critique possède une statistique semblable au mouvement Brownien branchant.

Dans des travaux antérieurs avec Aizenman, Arguin développa une approche originale pour résoudre la conjecture d'ultramétricité de Parisi, un problème demeuré longtemps ouvert en physique statistique. Cette conjecture décrit une grande classe de systèmes de particules en interaction appelés les verres de spins. Les idées d'Aizenman et d'Arguin ont été centrales dans la construction de la théorie rigoureuse des verres de spins, en particulier dans les travaux de Panchenko qui, en 2012, prouva la conjecture d'ultramétricité dans le cas le plus général.